Trois R et éthique

R.L. Burch et W.M.S. Russell
R.L. Burch et W.M.S. Russell

Le public et les chercheurs s’intéressent, depuis des décennies, au bien-être des animaux et se préoccupent en particulier de la douleur et de la détresse chez l’animal. Le CCPA, tout comme le milieu de la recherche et la majorité des Canadiens, reconnaît à la fois la valeur de la recherche sur les animaux et la nécessité du traitement éthique des animaux utilisés. Les Trois R, soit le remplacement, la réduction et le raffinement, sont des solutions pour atténuer la souffrance chez les animaux en science. Ce principe est la pierre angulaire des programmes du CCPA.

Au cours des 50 dernières années, les Trois R sont devenus largement acceptés comme un principe éthique, et sont maintenant intégrés dans la conduite de la science faisant appel à l’utilisation d’animaux au Canada et à l’étranger. Introduit par W.M.S. Russell et R.L. Burch, dans The Principles of Humane Experimental Technique publié en 1959, les Trois R proposent un cadre pour examiner comment les décisions devraient être prises concernant les animaux en science compte tenu notamment de leur utilisation croissante pour la recherche fondamentale et appliquée.

Le CCPA exige que les chercheurs mettent en œuvre les Trois R lorsqu’ils envisagent l’utilisation des animaux à des fins scientifiques. Les chercheurs doivent déterminer si les animaux sont absolument nécessaires ou si des solutions permettent leur remplacement. Si des animaux sont nécessaires, les chercheurs doivent déterminer le nombre requis pour obtenir des résultats valables tout en maximisant la quantité d’informations obtenues pour chaque animal. Ils doivent également déterminer les sources possibles de souffrance et des manières de la réduire. Les Trois R font partie de tout plan d’expérimentation.

Les documents de lignes directrices du CCPA sont élaborés à partir de l’expertise de pairs et soumis à un examen approfondi; ils indiquent aussi la façon de mettre en œuvre les principes des Trois R. Le CCPA, par son processus d’évaluation, vérifie la manière dont les établissements appliquent ces lignes directrices – ce qui peut conduire à l’élaboration de nouvelles stratégies des Trois R – pour assurer une amélioration continue du bien-être animal et de la qualité de la recherche sur les animaux.