Qui : les intervenants de la science faisant appel aux animaux

Le CCPA est l’organisme national responsable du respect et de l’avancement de l’éthique animale et des soins aux animaux au Canada. Le CCPA élabore et met à jour des normes élevées en matière d’éthique animale et de soins aux animaux et encadre leur mise en œuvre par l’évaluation et la certification des établissements qui font appel aux animaux en science pour s’assurer de la conformité de leur programme aux normes élevées du CCPA.

Pour ce faire, le CCPA travaille avec un vaste réseau composé de milliers de collaborateurs de milieux diversifiés, incluant notamment des professionnels de la santé animale, des membres de comités de protection des animaux, des représentants de la communauté, des experts bénévoles ainsi que des chercheurs et des enseignants.


Professionnels de la santé animale

Femme en tenue de laboratoire portant un masque et des gants et manipulant un poulet

Dans chaque établissement certifié par le CCPA, les vétérinaires et les techniciens de santé animale travaillent avec les chercheurs et les enseignants et sont responsables des soins quotidiens aux animaux.

Ces individus veillent à ce que les animaux soient bien soignés, nourris et logés, et à ce qu’ils fassent l’objet d’un suivi approprié.


Membres des comités de protection des animaux

Réunion de personnes examinant des documents

Chaque établissement certifié par le CCPA crée au moins un comité de protection des animaux responsable de la surveillance de tous les aspects de l’éthique animale et des soins aux animaux. Ils travaillent aussi en collaboration avec les personnes concernées par les études faisant appel aux animaux (notamment les chercheurs, les étudiants des cycles supérieurs, les titulaires d’une bourse de recherche postdoctorale, le personnel de recherche, le personnel de soins aux animaux, les représentants de la communauté et l’administration de l’établissement) pour veiller au traitement éthique des animaux.

Le comité de protection des animaux doit également s’assurer que toutes les précautions raisonnables sont prises pour réduire au minimum la douleur ou l’inconfort, si tel est le cas, et favoriser le traitement éthique des animaux.


Experts bénévoles

Chercheur devant un troupeau de vaches au champ

Chaque année, des centaines d’experts bénévoles mettent leurs connaissances et leurs compétences au service de la mission du CCPA.

Ces scientifiques, vétérinaires, techniciens en santé animale et membres du public de partout au Canada contribuent à l’élaboration de lignes directrices et de politiques pour l’avancement de normes élevées pour les soins des animaux en science.

De plus, des équipes de bénévoles effectuent des visites dans les installations des établissements certifiés pour veiller au respect des normes du CCPA. Ces équipes sont formées entre autres de vétérinaires, de représentants de la communauté et de scientifiques spécialisés dans les types d’animaux hébergés au sein d’un établissement.


Chercheurs et enseignants

Les personnes qui étudient des animaux en science au Canada sont des chercheurs (p. ex. des biologistes spécialisés en conservation, des zoologistes), des spécialistes de la recherche biomédicale (p. ex. des biochimistes, des physiologues, des généticiens), des cliniciens-chercheurs (p. ex. des oncologues, des cardiologues, des immunologues, des vétérinaires), des éducateurs et des étudiants universitaires des cycles supérieurs pour ne nommer que ceux-là.

Partout au pays, ces personnes mènent des études faisant appel aux animaux conformément aux normes et aux meilleures pratiques adoptées par le CCPA et doivent posséder la compétence et la formation nécessaires en ce qui a trait aux principes d'éthique animale et de soins aux animaux.

Homme touchant le nez d’une baleine en milieu naturel Deux chercheurs examinant des éprouvettes

Le bien-être animal est également une priorité pour les chercheurs et les enseignants puisque le bien-être physique et psychologique des animaux permet de recueillir des données de meilleure qualité en réduisant au minimum les variables qui peuvent compromettre la qualité de l’étude menée. Il est donc dans l'intérêt des chercheurs et des enseignants de traiter leurs sujets de manière éthique et avec le souci d’éviter toute douleur ou détresse inutile chez leurs sujets.