Buprénorphine

Nom : Buprénorphine (chlorhydrate de buprénorphine)

Noms commerciaux : Temgesic, Buprenex

Préparation : Liquide stérile injectable, disponible en ampoules de 1 ml en boîtes de 5 ampoules. Chaque ml contient 0,3 mg de buprénorphine dans de l’eau à pH ajusté.

Description : La buprénorphine est un analgésique opioïde (agoniste-antagoniste narcotique) classé comme narcotique en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.

Disponibilité : La buprénorphine est une substance réglementée classée comme un médicament expérimental au Canada; on doit se la procurer par l’intermédiaire d’un vétérinaire licencié. Les règlements concernant la sécurité et la tenue de dossiers s’appliquent dans ce cas.

Indications : Pour le soulagement de douleurs modérées à sévères, comme pendant la période postopératoire.

Dose : Consulter le vétérinaire d’animaux de laboratoire.

Voies d’administration : Intramusculaire, sous-cutanée, intraveineuse, orale.

Durée de l’effet : 6 à 12 heures selon l’espèce.

Mécanisme de l’effet analgésique : La buprénorphine est un agoniste μ qui se lie aux récepteurs opioïdes μ du système nerveux central.

Pharmacologie clinique : L’effet analgésique commence environ 15 minutes après une injection intramusculaire et persiste 6 heures ou plus. Il s’accompagne d’un certain effet sédatif. La buprénorphine est métabolisée par le foie et son élimination dépend du flux sanguin hépatique.

Effets physiologiques :

     Cardiovasculaires : Parfois, ralentissement de la fréquence cardiaque et chute de la pression artérielle.

     Respiratoires : Dépression des fonctions respiratoires.

Interactions médicamenteuses : En présence d’autres analgésiques opioïdes, sédatifs, tranquillisants ou anesthésiques généraux, la buprénorphine peut accentuer la dépression des fonctions du système nerveux central. Lorsqu’on administre des combinaisons de cette nature, on doit réduire la dose de l’un des agents ou des deux.

Notes : La buprénorphine a été incorporée à du Jell-O qu’on donnait à manger à des rats. Pour l’administration par voie orale, on doit augmenter la dose parce qu’une quantité importante de médicament est métabolisée à son premier passage dans le foie.

Références :

Pain Management in Animals. 2000 Flecknell P et Waterman-Pearson A (eds). WB Saunders, Londres 184p

Laboratory Animal Anesthesia. 1996 Flecknell P. Academic Press, Londres ; 274p.